Passer au contenu principal

Historique

1993

Le Centre jeunesse de Montréal (CJM) voit le jour à la suite du regroupement du Centre de services sociaux du Montréal métropolitain (CSSMM) et de 12 centres de réadaptation. Le nouvel établissement ainsi constitué se voit confier la responsabilité d’intégrer et d’offrir, sur son territoire, des services psychosociaux et de réadaptation aux enfants et aux jeunes en difficulté, ainsi qu’à leur famille.

1995

Avec la collaboration de l’Université de Montréal et de l’UQAM, le CJM fonde une organisation à but non lucratif nommé l’Institut de recherche pour le développement social des jeunes (IRDS) ayant pour but de soutenir le volet recherche de sa mission universitaire.

1996

Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) désigne le Centre jeunesse de Montréal (CJM) comme Institut universitaire dans le domaine de la violence chez les jeunes. Dès sa première désignation universitaire, le CJM s’affilie à l’Université de Montréal et à l’Université du Québec à Montréal.

2006

Le Centre Jeunesse de Montréal – Institut universitaire (CJM-IU) met sur pied ses deux centres d’expertise. Le Centre d’expertise pour les tout-petits et leur parents (CETPP), nommé par la suite le Centre d’expertise en maltraitance (CEM), ainsi que le Centre d’expertise sur la délinquance des jeunes (CEDJ).

2007

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) désigne le Comité d’éthique de la recherche (CÉR) du CJM-IU en vertu de l’article 21 du Code civil du Québec, lui permettant d’évaluer des projets impliquant des mineurs ou des personnes inaptes.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) demande l’intégration de l'Institut de recherche pour le développement social des jeunes (IRDS) au CJM-IU. Le CJM-IU a désormais son propre Centre de recherche.

Le Centre de recherche du CJM-IU dépose sa programmation de recherche 2008-2013. Elle compte 101 projets de recherche qui ont pour but de comprendre et de réduire les conséquences de la violence subie ou manifestée par les jeunes, et de comprendre les mécanismes de l’intégration sociale qui permettent aux jeunes d’éviter ou de surmonter les conséquences néfastes associées à la violence.

2008

Le CJM-IU met sur pied la Coordination de l’enseignement et de la valorisation des connaissances (CEVC) qui assure le développement, l’organisation et le suivi des activités d’enseignement. Elle gère les stages cliniques et de recherche qui se déroulent au CJM-IU, participe à l’enrichissement de cursus académiques et voit à l’encadrement des superviseurs. Elle joue aussi un rôle dans la valorisation des connaissances afin de favoriser leur appropriation. Ses productions servent de soutien pédagogique dans le cadre d’activités cliniques et d’enseignement.

2010

Suite au développement d’une expertise sur les troubles du comportement, le Centre d’expertise sur la délinquance des jeunes (CEDJ) devient le Centre d’expertise Délinquance et Troubles de comportement (CE|DTC).

Le CJM-IU et le Centre jeunesse de Québec mettent sur pied le Réseau universitaire intégré jeunesse (RUIJ) qui se veut un réseau où tous les partenaires travaillant auprès des jeunes en difficulté et leur famille mettent en commun leurs compétences, leurs recherches, leurs programmes et leurs meilleures pratiques.

2014

Le Centre de recherche du CJM-IU dépose sa programmation de recherche 2014-2019 dont le fil conducteur est l’amélioration des connaissances et des pratiques. Au moment du dépôt de la demande, la programmation comptait 98 projets de recherche répartis autour de quatre axes: a) la violence subie; b) la violence agie; c) l’autonomisation et l’insertion socioprofessionnelle des jeunes; d) le transfert et l’application des connaissances.

Le CJM-IU conjointement au Centre jeunesse de Québec, mettent sur pied le Carrefour de formation du Réseau universitaire intégré jeunesse (RUIJ).

2015

Le CJM-IU voit sa désignation d’institut universitaire renouvelée pour la 4ième fois par le MSSS.

Le CJM-IU est intégré au CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal. Les deux centres d’expertise se fusionnent et s’associent au centre de recherche pour devenir l’Institut universitaire Jeunes en difficulté (IUJD) de la Direction de l’enseignement universitaire et de la recherche (DEUR).